Le contraire du vieillissement est l’entraînement physique



Parmi les produits cosmétiques, les régimes et les formules qui promettent des miracles, le débat sur les pratiques anti-âge est riche et en constante évolution. Tant de choses ont été dites et tant de dénégations ont été faites. Lorsque nous parlons d’« anti-âge », la première chose qui nous vient à l'esprit est l'utilisation de produits cosmétiques pour la peau. Cependant, il semble que le meilleur allié de ceux qui veulent rester jeunes le plus longtemps possible est l’entraînement physique.


C'est l'un des sujets qui a été abordé lors du Global Wellness Summit qui s’est tenu en Italie. Les conférenciers ont discuté des tendances futures et des opportunités commerciales sur le marché du bien-être en mettant l'accent sur le contexte italien dans des domaines tels que la nourriture, l'art, le design et la mode.


Première étape : changer le point de vue

Pour bien comprendre la relation entre l’entraînement physique et vieillissement (et les pratiques visant à en retarder les effets), il est tout d'abord nécessaire d'adopter un nouveau point de vue. Le journaliste américain Jeff Bercovici a expliqué cela dans son livre intitulé « Play on : how to get better with age » : ce n’est pas le vieillissement qui détériore la forme physique, mais la détérioration de la condition physique qui cause le vieillissement. Dans ce livre, l'objectif de Bercovici était précisément de dissiper la thèse selon laquelle la vie des êtres humains est un processus linéaire menant à une lente détérioration des fonctions physiques.


Et quel meilleur témoignage que des athlètes qui restent compétitifs même au-delà de la limite d'âge pour leur sport ? Roger Federer et Serena Williams ne sont que deux exemples célèbres. À partir de leurs histoires, Bercovici a introduit une nouvelle perspective sur l'anti-vieillissement, en mettant l'accent sur un élément clé : rester jeune pendant longtemps n'est pas une prérogative exclusive des athlètes professionnels.


S'entraîner pour éviter le vieillissement

Qu'est-ce que l'entraînement à haute intensité (HIIT), l'entraînement en force, le spinning et la méditation ont en commun ? À ce stade, bien que cela ne soit pas évident, la réponse devrait être simple : toutes ces formes d’exercice peuvent être pleinement incluses dans les pratiques anti-âge.


Le HIIT, une méthode d'entraînement qui alterne des moments d'activité très intense avec des périodes d'exercice de moindre intensité (ou des périodes de repos), activerait une série de processus physiques qui apporteraient des avantages au niveau cellulaire. Dans ce cas, le secret réside dans la recherche du juste équilibre. L'idéal serait de reprendre l'entraînement de la manière suivante : 20% à haute intensité et 80% à basse intensité. Mais comment savoir quand vous faites un exercice de très haute intensité ? L’indicateur le plus efficace est votre fréquence cardiaque : elle doit augmenter beaucoup, au point que votre entraînement devient si fatigant qu’il est désagréable. Pendant que vous vous entraînez, vous devriez vous poser la question suivante : pouvez-vous supporter ce degré d’intensité pendant longtemps ? Si la réponse est non, alors vous êtes sur la bonne voie.


L'entraînement en force est tout aussi important, car il peut aider à lutter contre divers symptômes du vieillissement, tels que la faiblesse musculaire, la prise de poids et même une déficience cognitive. Personne ne sait mieux que les athlètes à quel point le renforcement musculaire est important pour éviter les blessures.


Mais les avantages de l'entraînement en force vont bien au-delà. Tout d'abord, ce type d'activité physique est fondamental pour la construction et le maintien des muscles squelettiques, qui est étroitement lié au poids. En effet, les muscles squelettiques brûlent de nombreuses calories et sa réduction implique un ralentissement du métabolisme, principale cause de la prise de poids qui se produit souvent au cours des années. De plus, l'entraînement en force a également été associé à des effets bénéfiques au niveau neurologique : ce type d'exercice pourrait améliorer les fonctions cognitives (mon mémoire à l’Université de Liège qui portait sur les effets de la sédentarité́ et de l’activité́ physique sur la santé du parkinsonien a montré des améliorations cognitives chez les parkinsoniens pratiquant une activité physique).


L’entraînement pour la beauté

Comme mentionné, l'exercice a également une influence positive sur le plan esthétique, au-delà de la forme physique. Des recherches menées en Belgique ont en effet révélé qu'une séance de spinning de 45 minutes, à l'instar d'autres types d'entraînement cardio comme le tapis de course ou la danse, augmente la production de la protéine NRF1, qui protège les télomères, placés dans la dernière partie de l'ADN, avec une action protectrice sur les cellules.

Avec le vieillissement, les télomères s'usent et, par conséquent, les cellules vieillissent. Ces activités seraient en mesure de ralentir ce processus, en maintenant les cellules en bon état plus longtemps, avec un effet rajeunissant notable.


Les télomères ont également fait l'objet de recherches menées par l'Université de Californie, qui portaient principalement sur les effets du stress. Le stress, ennemi de la santé, n’est certes pas une découverte récente, mais la recherche américaine a révélé que, sous forme chronique, le stress peut accélérer la dégradation des télomères, et donc le vieillissement.


Si changer de routine pour rendre la vie quotidienne moins stressante peut sembler beaucoup plus facile à dire qu'à faire, la méditation ou d'autres pratiques de pleine conscience peuvent être une solution : même trente minutes de relaxation par semaine pourraient améliorer la vie et la rendre encore plus belle.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout